Mémoires dans mon cœur

Publié le par Fred

Il y a 65 jours que tes yeux se sont fermés.

Il y a 65 jours, j’ai crié et j’ai pleuré de toutes mes forces pour te réveiller…je n’ai pas réussi…

Il y a 65 jours, plusieurs personnes sont entrées dans la chambre de l’hôpital pour te dire au revoir.

Il y a 65 jours, tu es resté tout seul à l’hôpital…je n’avais pas le droit cette fois de rester avec toi et tu as dû partir dans un endroit que nous ne connaissions pas.

Il y a 65 jours, tu n’es pas rentré avec moi à la maison…je ne comprenais pas pourquoi…

 

Il y a 64 jours, je suis venue à l’hôpital accompagnée de ma sœur et nos amis pour t’entourer et te pleurer.

Il y a 64 jours, je ne pouvais pas rester avec toi dans cet endroit de l’hôpital, endroit où tu as dormi pour la dernière fois à Paris…

 

Il y a 63 jours, nous n’avons pas pu voyager ensemble pour aller dans les Vosges, le voyage le plus long et le plus triste sans toi…

Il y a 63 jours, j’ai dû écouter de mots inconnus et incompréhensibles pour moi. Ces mots m’ont pulvérisé encore plus mon cœur.

Il y a 63 jours, j’ai dû entrer dans une chambre pour choisir ce qui serait le lit où tu allais continuer ton sommeil... un affreux moment où j’ai dû écouter quelqu’un qui parlait des prix et quelqu’un d’autre qui voulait le moins cher… j’ai touché le fond ou j’ai sombré et ce cauchemar me déchire encore et encore…

 

Il y a 62 jours, j’ai essayé de réchauffer tes mains sans succès mais ta peau était douce comme toujours.

Il y a 62 jours, je t’ai donné plein de bisous mais tu restais encore endormi.

 

Il y a 61 jours, nous sommes entrés ensemble dans l’église, mais cette fois nous n’avons pas pu nous tenir la main…tes yeux restaient encore fermés et les miens n’arrêtaient pas de mouiller…

Il y a 61 jours, nous avons marché un dernier chemin ensemble, moi derrière toi… je voulais te suivre et rester avec toi comme toujours mais ils m’ont séparé de toi…

 

Il y a 60 jours, je suis retournée à l’endroit où nous avons célébré le jour le plus magique de nos vies… je me suis rappelé de chaque instant, de chaque photo, de chaque détail, de chaque sourire, de chaque caresse…bref de tout comme si notre mariage était hier.

Il y a 60 jours que je suis rentrée à Paris sans toi mais j’ai écouté ta voix à chaque instant.

 

Il y a 59 jours, 58 jours, 57, 56, 55…bref tous les jours…je me réveille et je découvre que tu n’es pas à côté de moi… et j’essaie de croire que tu t’es levé du lit avant moi…

 

Fred disait toujours que j’avais une bonne mémoire…je ne sais pas si c’est juste ma mémoire qui a tout enregistré. Je crois que c’est aussi mon cœur qui a joué un grand rôle. Notre amour était si fort et si grand que nos cœurs ont toujours gravé chaque instant ensemble. Je me rappel de la première fois où nous nous sommes rencontrés, de notre premier rendez-vous galant, de nos voyages, etc. Mais aussi je me rappelle de ta première opération (où tout à commencé, le 25 décembre 2012), de la première chimio, de la deuxième, troisième, quatrième opération, de chaque traitement, de toutes les choses que nous avons essayé pour diminuer les nausées, de chaque mot qui nous a fait pleuré ensemble et de chaque mot qui nous a fait rire ensemble, de l’aide de nos amis, de leurs visites à Paris pour nous accompagner, de la présence et surtout de l’absence de quelques personnes… Et depuis que tu t’es endormi, c’est mon cœur qui avec souffrance et douleur a continué à enregistrer chaque détail, chaque instant avec toi et aussi chaque instant sans toi…

 

Ce sont ces souvenirs qui me font souffrir encore mais c’est aussi notre amour qui me fait réagir. Notre amour qui était unique, intense et qui reste invincible car je sais qu’il traverse les nuages et arrive au ciel et de la même façon je sais qu’il descend du ciel et arrive dans mon cœur…

Mon bébé, je t’aime à l’infini et plus encore…

 

 

Mémoires dans mon cœur

Commenter cet article

sandrine m 12/10/2017 14:17

A 3 près, j'ai vécu la même chose... dans des circonstances à peu près comparables. Ton magnifique message n'a pu que me faire pleurer...
Aucun mot ne soulage... La seule chose : le temps passe, on n'oublie pas mais la peine se transforme... Repose toi sur tes amis, tes proches : même s'ils ne ressentent pas les mêmes choses que toi, ils t'aideront...

Aurelie 12/10/2017 14:02

Coucou Vanessa ! Je ne peux qu'imaginer ce que tu traverse au quotidien et ça me boulverse ! C'est vrai que c'est tellement injuste, il est parti beaucoup trop tôt ! Je sais à quel point votre amour était et est si fort et si magique ! Je suis persuadée qu'il veille sur toi ! Je revois son regard pétillant quand il te regardait, et j'entends son petit rire malicieux qui ne pouvait que nous faire rire !
Je pense tellement fort à toi ! Mon cœur t'accompagne dans cette terrible épreuve ! Je t'embrasse

Irina 12/10/2017 12:25

Ton texte est magnifique et on peut réellement sentir l'amour que tu avais pour lui dans tes mots. quel viveur de connaître un amour pareil dans sa vie ! Tu as ete un réel soutien pour lui et il est évident qu'il a résisté aussi longtemps grâce à toi !
Je te souhaite beaucoup de courage dans cette période où Le manque va petit à petit laisser place au bonheur du souvenir ..

sandra t 12/10/2017 09:33

Vous avez tant reçu, vous vous êtes tant aimés.... et on vous a tant repris.
Et malgré tout, il faut continuer à trouver des forces pour affronter le quotidien....
Tout cela est si injuste.
Quelle magnifique photo, elle rappelle à quel point il faut profiter de ces beaux instants de magie que tu as de la chance d'avoir vécu.
Douces pensées affectueuses.
Sandra

Julie 11/10/2017 23:42

Chaque mot que tu as ecrit ici resonne en moi comme un souvenir douloureux. J'ai vecu la meme chose avec mon homme, parti bien trop jeune, et bien trop vite, à peu près au meme moment que Fred. Comme c'est emouvant de te lire. Comme tes mots sont justes et la situation tellement injuste. Tous ces jours passés sans eux pres de nous, mais avec eux tellement present dans Notre coeur et memoire. Ils nous guiderons toujours. Et j'espère qu'ainsi, nous ne serions jamais seules.
N'hesites pas à me contacter directememt sur Facebook (Julie Vandingenen) ou meme Instagram.
Plein d'amour,
Julie

Marie 11/10/2017 21:19

Le deuil on ne l'oublie pas, on vit avec... je vous souhaite que le chagrin laisse place à la mélancolie et aux souvenirs doux, que votre Fred vous accompagne un peu partout inconsciemment et que vous puissiez un jour laisser la douleur au bord de la route pour avancer pas à pas, son souvenir et votre amour dans votre sac à dos mais pas que... vous méritez d'être un jour de nouveau heureuse. Ne laissez pas la mort vous prendre encore plus qu'elle ne vous à deja pris. Courage Vanessa, vous êtes formidable, vous méritez de sourire de nouveau. Courage à vous

Jocelyne 11/10/2017 20:50

Vanessa je viens de lire ton message et je ne sais quoi te dire à part que Fred a eu de la chance de te rencontrer et d'avoir pu finir ses jours entouré de ton amour. Je t'embrasse ...
Jocelyne de Nantes

Billot 11/10/2017 20:25

Vanessa Il t'a eu toi dans sa vie pour l'accompagner tous les jours dans une épreuve terrible pour tous les deux...ce que tu écris est poignant dé réalisme à l'hôpital aux pompes funebres les absents .... mais tu es là comme toujours et c'est l'essentiel... Je suis sûre qu'il le voit... l'amour perdure au delà de l'existence sur terre ... Je t'embrasse Vanessa...Tu es merveilleuse et heureusement qu'il t'a connue